Lettre des parents de Marcellin Cailleau, envoyée le 23 mai 1918

Le texte ci-dessous reprend l'intégralité du texte en conservant la mise en page, l'orthographe et la syntaxe.

 

 

Taizé le 23 Mai

 

Cher bon fils,

 

Hier nous on reçu ta lettre

qui nous a fait grand plaisir

et te savoir en bonne santé :

tu nous dit que vous étier rendu

dans le bois pour troi jour se s'était

pas bien bon pour pouvoir vous nétoyer. Maintenant vous serait

encore retourné dans ces sal trancher

si ceulement vous ataquié pas :

Mais tout les jours l'on voi dire que

Les boches vont ataqué sur toute la longeur du front, cela minquiette

Donc bien…

Cher fils, je t'envoi un colis de fruit

Sa te changera, toujour de la viande;

Et si c'était ceulement de la bonne,

Je vais te dire que Joseph Baudon

Est rendu en convalescence pour

20 jour Marcel doit arrivé ver la

fin du moi, tu doit savoir que

Sainturie avait été blessé il y a quelque

Tant il vont lui coupé la jambe

Lui aussi : ha  ! quel grand malheur

De voir tout cela ;

Allon cher bon fils pourvu quil

tarivé rien c'est tout se que je demande

au bon Dieu ;

tu nous dit aussi que tu nous

envoi un colis nous on ressu la

lettre hier mais sans doute  que

nous ressevront pas le colis tous

de suite ; je vait te dire aussi

que la pouline au patron est

creuvé de cette semaine : lui qui

se trompe jamais il c'était bien

trompé là en la chetant ; allon cher fils nous

somme en bonne santé nous désiron

que tu çoi de même, ta

mère ton père qui t'embrasse

quit'aime, qui t'oubli jamais…

je ne ces pas si je tait dit que

albert Mastroquet est blessé lui

aussi à lépaul et au bras.